Essai publié le 08 août 2021

Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables

Texte de Thomas / Photo(s) de Balint Deak et Phoukham Phothirath

Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ? 

Souvenez-vous, en février 2020 nous étions invités à Las Vegas par Kawasaki afin d’essayer la nouvelle venue de la famille des “compressées”, la Z H2. En ces temps-là, les essais presse internationaux n’étaient pas encore soumis aux batteries de tests sanitaires et aux tracas administratifs que l’on ne connaît hélas que trop bien aujourd’hui. Une année et demie plus tard, alors que le monde est encore en train de lutter pour mettre fin à cette pandémie, nous retrouvons la Z H2. Pour 2021, Kawasaki nous a concocté une version améliorée “SE” de son roadster à compresseur, en lui greffant des suspensions électroniques ainsi que des étriers Brembo Stylema. Est-ce suffisant pour lui donner un nouveau souffle ? 

Miroir, mon beau miroir 

Esthétiquement, par rapport à la version de base, rien n'a changé. Le look tout en asymétrie de la bête surprend toujours, la prise d’air destinée au compresseur est impressionnante et se permet même un petit clin d’œil destiné à ses grandes sœurs H2 et H2R grâce à sa peinture “effet miroir” si caractéristique. Le cadre entièrement peint en vert Kawa détonne aussi. Bon, j’admets que je chipote là mais comme souvent sur nos motos modernes, les rétroviseurs et autres supports de plaque tout en plastique durs mériteraient d’être remplacés par de jolies (et plus discrètes) pièces usinées. Et en parlant de discrétion, le silencieux d’échappement n’a décidément pas sa place dans cette catégorie et c’est peu dire !  Fait incontestable en revanche, c’est la Z ultime que nous avons sous les yeux ! Comme à son habitude, le style Sugomi ne laisse que peu de place aux compromis. Soit on adore, soit on déteste. Pour être honnête, je fais plutôt partie de la deuxième catégorie, mais n’ayez crainte ! Le fait de ne pas la trouver jolie ne m’empêchera aucunement de lui trouver de sacrées qualités dynamiques. 

Soufflé 

Sur le papier, ses 200 chevaux et 137 Nm de couple auraient paru complétement déraisonnables il y a encore quelques années, mais nous vivons désormais dans un monde dans lequel les roadsters de moins de 170 chevaux sont presque devenus une denrée rare sur le segment des grosses cylindrées. Néanmoins je tiens à remettre l’église au milieu du village: 200 chevaux c’est déjà beaucoup, beaucoup (trop) de puissance pour rester raisonnable sur nos routes suisses. D’ailleurs le vrai défi avec cette moto est de savoir s’arrêter de tirer sur les gaz, tant la dose de plaisir (et les km/h) grimpent vite lors des essorages de poignée.

Lors des premiers kilomètres à son guidon, le contraste confort / puissance pure est saisissant. En effet, la brêle est étonnement confortable, ceci non seulement grâce à sa position de conduite neutre mais aussi par ses suspensions qui absorbent les moindres aspérités de la route. En mode “Road” le résultat est presque exagéré, tellement la sensation de flotter est présente. Le ride by wire est ultra précis et de nombreux constructeurs seraient bien inspirés de s’atteler à rendre les leurs aussi “naturels” à l’usage. Lors de ma première entrée d’autoroute avec ce monstre, la cavalerie a déboulé avec tant de force qu’il m’a fallu m’agripper à son guidon comme un tireur à la corde. Notez que comme de plus en plus de motos modernes, la moto est équipée d’un régulateur de vitesse, toujours agréable lors de trajets autoroutiers.

Quant aux freins Brembo Stylema, ils sont sans surprise et, comme à leur habitude, très efficaces et rassurants. Question suspensions, le mode "Rider", avec les réglages entièrement personnalisables, est selon moi le plus recommandable (voir indispensable) lorsqu’on cherche à hausser le rythme. Car le mode "Sport" est trop souple à mon goût. Les réglages de compression et de détente de la fourche et de l’amortisseur sont réglables sur 5 niveaux, et évidemment le réglage s’effectue depuis le tableau de bord. Le hic, c’est que celui-ci est tout sauf intuitif et n’invite donc pas trop à s’amuser à changer ses réglages, chose pourtant indispensable à une expérience de conduite optimale et adaptée à la route.

Mais une fois les suspensions convenablement réglées pour mon gabarit, la Z H2 SE montre réellement de quoi elle est capable. Tandis que le mode "Sport" donnait lieu à des mouvements aléatoires du châssis peu enclins à me mettre en confiance, le mode "Rider", quant à lui, change radicalement le comportement de la moto. Cette Z n’est pas la plus agile des motos - 240kg tpf, cela n’aide pas -, néanmoins sa maniabilité est exemplaire et, couplée à son train de Pirelli Diablo Rosso III, la confiance est totale. La moto bondit lors des sorties de courbe comme un tigre sur sa proie. Se font entendre le sifflement strident du compresseur et le son caractéristique de la soupape de décharge lors des décélérations, sympa. Les sons émis par le compresseur dominent très nettement celui du 4 cylindres peu aidé, il est vrai, par cet énorme tromblon d’échappement “Euro 5 friendly”. Frustrant, surtout quand on sait à quel point ce type de moteur couplé à un échappement “débouché” produit un son complètement dingue (coucou, H2R).

Positionnement

Selon moi, cette Z H2 SE ne fait pas partie de la même catégorie qu’une Superduke ou une Streetfighter V4 par exemple, deux machines qui n’ont presque rien à envier à des superbikes, mais elle est par contre beaucoup plus adaptée à un usage routier que ces dernières. En témoignent son confort, son ergonomie et sa philosophie très “sport GT”. La consommation moyenne affichée par la moto durant mon essai de 2 semaines est dans la moyenne des motos de cette cylindrée, à être qui autorise une autonomie d'environ 210 km avant réserve. 

Verdict 

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avant d’essayer cette moto, mais je dois dire que je n’ai pas été déçu. Comme souvent chez Kawa, le rendu final est un subtil mélange de douceur et de bestialité, comprenez par là qu’elle accepte aussi bien de rouler tranquillement et de profiter du paysage que d’attaquer en essorant la poignée sans relâche. Le défaut de confort relevé l’an dernier lors des essais presse de la Z H 2 “classique” a été selon moi complètement gommé, et les suspensions électroniques y sont pour une grande part. Pour autant que vous les ajustiez bien à votre mode de conduite. Et le fait d’être l’unique roadster de la production actuelle équipée d’un compresseur donne à la SE un comportement moteur unique avec un goût de reviens-y. 

Thomas

Au final...

On a aimé :
+
le moteur explosif
+
la douceur d'utilisation
+
le ride by wire, exemplaire
+
le compresseur !
On a moins aimé :
-
le son moteur trop discret
-
le style "à prendre ou à laisser"
-
le tableau de bord, brouillon
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le moteur explosif
+
la douceur d'utilisation
+
le ride by wire, exemplaire
+
le compresseur !
On a moins aimé :
-
le son moteur trop discret
-
le style "à prendre ou à laisser"
-
le tableau de bord, brouillon

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z H2 SE
Année :
2021
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, Double ACT, 16 soupapes, avec compresseur
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique, Ride-by-wire, corps d'admission ø40 mm
Performances
Puissance max. :
200 ch à 11'000 tr/min
Couple max. :
137 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
multidisques à bain d'huile, anti-dribble, commande mécanique
Partie cycle
Châssis :
Treillis en acier tubulaire haute résistance
Suspension AV :
Fourche inversée Showa ø43 mm, réglage en compression et en détente par KECS, réglage de précharge et ressorts additionnels
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur à gaz Showa (typ BFRC light), réglage en compression, détente et précharge par KECS
Débattement AR :
134 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Doubles disques semi-flottants de 320 mm. Deux étriers monoblocs Brembo Stylema radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø260 mm, étrier à simple piston
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'455 mm
Largeur :
810 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids total :
240 kg
Réservoir :
19 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Golden Blazed Green / Metallic Diablo Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'700.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.