Reportage publié le 14 février 2021

Patrick’s Story - Je suis infidèle à ma moto, m’en voulez pas...

Texte de Patrick / Photo(s) de Patrick

En ce 14 février 2021, je dois me confier. Ma (mes) moto(s) ne sont pas seule(s) dans mon coeur.

Avec 10 ans d’AcidMoto.ch à mon actif, vous me croyez sur parole si je vous dis que j’aime la moto. Seulement mon chemin a croisé une machine qui m’a touché au point de tout remettre en question.

Au mois d’Août dernier, un autre site où j’officie comme rédacteur me confiait une nouvelle “boîte à roues”. Eh oui, j’aime bien les bagnoles aussi. Mais tout ce qui entoure la moto est tellement plus agréable, plus ouvert, plus accessible; vous pouvez accepter cette infidélité ?

Cette voiture qu’on m’a prêtée remet tout en question. Je serais prêt à vendre 2 de mes 3 motos pour acheter cet engin qui m’a tant marqué. Cette voiture n'est même pas un bolide ni quelque chose de spécialement beau. C’est 2 tonnes de tôle, un moteur diesel et une boite auto… Prenez tout ce que j’ai, laissez-moi la R6 et donnez-moi le VW T6.1 California.

Début de l'idylle

Le temps est compté, j’aurais 10 jours avec une version très bien équipée à ma disposition. Je sais d’avance qu’il y a un attelage, c’était donc tout à fait logique de réserver un roulage sur circuit dans la période. J’ai jeté mon dévolu sur le Pôle Mécanique d’Alès dont la région des Cévennes est superbe pour un peu de tourisme. 

Au programme, 2 jours de roulage, un jour de repos et à nouveau du roulage mais spécialité Alésienne : en sens inverse. Quatre jours à deux entre circuit et tourisme, mettre tout le matériel dans le California demande du temps : la cuisine et les placards prennent de la place, mais avec de la patience tout trouve une place et les caisses Rako aident. Les deux motos et les pneus sont solidement attachés sur la remorque.

Faire 300km d’autoroute pour aller sur circuit, le plus souvent on le fait dans un utilitaire ou avec la remorque, pas sur la moto. Avec un régulateur de vitesse actif et le suivi de voie même avec la remorque, on fait le voyage en première classe. J’ai que 150 ch. mais sur la nationale entre l’A7 et Alès la VW s’en sort bien.

 

 

Arrivé sur les lieux, place à la routine du déchargement avant d’installer le mini camping-car. Niveau à bulle intégré numérique à l’écran tactile, c’est facile de le mettre à niveau avant de le brancher et déployer le toit qui est électrique pour l’occasion. Même les stores intégrés à toutes les vitres, c’est le summum du pratique. Mais c’était sans compter sur la soufflerie au-dessus du bloc sanitaire entre les box 8 et 9, qui ne s’arrête jamais. Le placement pour les nuits à venir est à revoir.

Pour midi, on déploie l'auvent de la voiture pour accueillir tous les occupants du box à l’ombre. Le soir, les bières sont déjà à la température idéale dans le petit frigo embarqué. Le California n’a pas encore livré tous ses secrets. Le premier roulage est fini, on met la remorque en sécurité et cap sur un plateau isolé (aérodrome de Florac) que j’avais repéré pour profiter de l’autarcie possible avec ce bus magique.

Le coup de foudre

Difficile de s’installer à l’intérieur quand il y a des béquilles, des pneus et des caisses de rangement partout. Mais si on s’est rendu à l’aérodrome de Florac, c’est pour avoir un ciel étoilé sans la pollution lumineuse des villes. On sort la table de la porte latérale et les chaises du hayon du coffre : nous voilà installés. Contraint d’utiliser le lit dans le toit, on avait oublié qu’à 1000 m d’altitude il fait vite plus froid et la toile n’isole pas super bien.

Même si le California est imposant, on s’en sort bien sur la N106 et les gorges du Tarn. Les camping-car traditionnels qu’on croise avancent bien plus lentement. Premier plein du réservoir de 80 l. de diesel, avec une moyenne de 9.8 l/100km on s’en sort très bien. Retour au circuit où on change de box. Au bout du bâtiment, point de soufflerie (retenez-le comme un conseil si vous vous y rendez). On est en 5 minutes comme à la maison, avec table, chaises, toit déployé, câble électrique branché etc.

Décharger, installer, rouler, ranger, repartir. C’est tellement simple que je n’ai plus envie de faire autrement. 3 nuits à bord et je suis accro. Tout est tellement astucieux, chaque détail a un sens. Une prise 230V, des prises USB, plus de 30h d’autonomie de batterie auxiliaire (oui, vous ne pomperez jamais sur la batterie du fourgon !), des rangements, des tables, l'auvent, le confort de conduite…

Il faut déjà rentrer en Suisse après ce 3ème jour de piste à découvrir Alès dans le sens anti-horaire. Mais on ne doit pas rendre la voiture pour autant ! Cap sur les grands cols suisse pour faire le Nufenen, le Gothard, l’Oberalp, la Furka et le Grimsel. La nuit est déjà tombée en arrivant aux Grisons, je me rappellerais toujours du plat de pâtes cuisinées dans le véhicule, avant de pouvoir s’installer dans le lit inférieur sans déperdition de chaleur de la toile du toit. Le lendemain on a mangé à côté de l’hospice du col du Grimsel puis aller se baigner dans l’eau turquoise, mais fraîche, du lac de Brienz.

“Rendez la voiture Monsieur !”

Tel aurait pu être le coup téléphone que me passe VW, mais on n'en est pas arrivé là. J’ai tellement aimé, pas seulement me déplacer, mais vivre avec le California. Et je ne suis de loin pas le seul. Prêtez un peu attention à combien de ces vans sont garés sur votre route. En un week-end dans les Alpes j’en ai vu pas loin d’une centaine !

Pour un motard, c’est peut-être la voiture de rêve. Elle sait à peu près tout faire, sauf aller en ville, là elle est nulle. Mais avec 1.99 m de haut elle a une chance d’entrer dans les souterrains. Si vous commandez un California sans cuisine, vous aurez quand même de nombreux atouts et la place de transporter 2 motos sans remorque. Vous préférez Mercedes ? Pas grave, ça s’appelle un Marco Polo à Stuttgart.

J’ai tout simplement rien à lui reprocher, prenez ma Super Duke et ma Nuda, rendez-moi les 2 tonnes d’astuce de mon VW California. (À toutes fins utiles, le modèle essayé coûte 82’000.- avant rabais. Ça explique pourquoi mes deux motos ne suffisent pas à m’en acheter un.)

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Un California déborde d'aspects pratiques
+
300, 500, 1000km dans la journée ? Facile.
On a moins aimé :
-
Pourquoi je l'ai rendue ?
-
J'aurais dû partir avec...
-
...changer de nom et pas revenir.
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Un California déborde d'aspects pratiques
+
300, 500, 1000km dans la journée ? Facile.
On a moins aimé :
-
Pourquoi je l'ai rendue ?
-
J'aurais dû partir avec...
-
...changer de nom et pas revenir.

Plus d'articles AcidMoto

Association Heimdall - La moto comme facilitateur de dialogue
Le 18 novembre, la date idéale pour parler de l'association Heimdall sur un site moto.
Le circuit de Cadwell Park se fait dérober deux safety cars BMW
Dans la nuit du 24 au 25 janvier, à minuit 15 exactement, des voleurs se sont emparés de 2 voitures au circuit de Cadwell Park.
AcidTracks 2021 – Voici le calendrier
Les montées en régime de votre belle vous manquent déjà ? Tout autant que les prises de freins à (presque) trop tard ? Voici de quoi planifier votre saison 2021 avec l'équipe des AcidTracks.
10 ans d’Acidmoto - Les souvenirs de Marcouille
J’espère que vous me passerez l’expression mais voilà ce qu’il me vient : « Put… dix ans !! » C’est une sacrée tranche de vie, autant pour AcidMoto que pour nous. Pour ma part, j’ai rejoint l’équipe fin 2012 après la course de côte internationale de Verbois, ça fera donc bientôt 8 ans.
10 ans d'AcidMoto.ch – Les souvenirs de Phoukham
Émois, et moi, et ces 10 derniers mois.
10 ans d'AcidMoto.ch - 6 ans de circuit avec AcidTrack
Pour nous, les sorties Acid Track, c'est un moment privilégié avec nos lecteurs sur un circuit. Depuis 2014, ces sorties ont pris de l'ampleur en même temps que votre intérêt pour cette activité. Petit coup d'oeil dans le rétro (ah merde on l'a démonté !)

Hot news !

Patrick’s Story - Je suis infidèle à ma moto, m’en voulez pas...
En ce 14 février 2021, je dois me confier. Ma (mes) moto(s) ne sont pas seule(s) dans mon coeur.
10 ans d’AcidMoto – Les souvenirs de Carlito
10 ans, ouais, déjà 10 ans ! J’avais mon permis moto depuis quelques mois seulement. J’étais au chômage et cherchais à m’occuper aussi bien que je pouvais.
10 ans d'AcidMoto - Les souvenirs de Yannou, l'autre fondateur
Comment vous dire... Si un jour j'avais imaginé que notre idée de base à Patrick et moi en serait arrivée ou nous en sommes aujourd'hui, je n'y aurais tout simplement pas cru. Car oui, au début, AcidMoto.ch est parti d'une frustration de ne pouvoir vous faire partager notre passion commune pour les deux roues.
Annulation des Acid'Days 2019, le week-end d'essais moto pourtant incontournable
Ainsi, au vu du peu d'engouement des marques pour cette édition 2019, de même que de la part d'une majorité des concessionnaires romands, la rédaction d'AcidMoto.ch a le regret de vous informer que l'organisation des Acid'Days ne sera pas reconduite au printemps 2019. Cette décision est indépendante de la volonté d’AcidMoto.ch et très dommageable pour la communauté motarde romande.
AcidTracks 2016 à Vaison Piste - Les premières photos sont disponibles
Vous étiez parmi nous pour la deuxième édition des AcidTracks 2016 ? Vous avez apprécié ce tracé qui ne laisse aucun répit et vous voulez en faire profiter vos proches ? Les premières photos de vos exploits sont là.
Reportage - Les Acid'Days 2016 caméra au poing - Voici les épisodes 7 à 9
Trois semaines après la fermeture de la quatrième édition des Acid'Days, le week-end d'essais moto à Cossonay, notre caméraman aguerri Pierre-Alain Uldry vient de nous livrer les reportages 7 à 9.