Essai publié le 20 août 2018

Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical

Texte de Djeemee et Carlito / Photo(s) de Sportfoto-Trescher.de

La gamme sportive de Dunlop est maintenant complète. Avec son Sportsmart TT, le fabricant anglais propose enfin un vrai produit à usage mi-route, mi-piste. Inspiré de la compétition, le nouveau pneu sport Dunlop nous a impressionnés.

Dans la gamme des pneus homologués route à vocation sportive, Dunlop était resté avare ces dernières années, se contentant de proposer le SportSmart 2 Max, un pneu route sportif, et le D213 GP Pro, un pneu piste homologué route. Entre deux, pas d’alternative ou plutôt de compromis entre un pneu aux performances largement suffisantes pour arsouiller sur route, mais trouvant ses limites sur piste, et un pneu trop typé piste pour offrir de la polyvalence sur route.

Plutôt que de radicaliser son SportSmart 2 Max, Dunlop choisi d'assagir son D213 GP Pro et accouche du SportSmart TT ; TT non pas pour Tourist Trophy, comme beaucoup suggéreraient mais pour Track Technologies. Gavé de technologies dérivées de la compétition, cette nouvelle gomme promet du sport. D’ailleurs, il faut le dire d’emblée, le SportSmart TT est plus un pneu circuit qu’un pneu routier.

Equipé de la technologie NTEC, il est recommandé de baisser drastiquement la pression pour une utilisation piste. Sa carcasse renforcée permet alors une pression de 1.5 bar à l’arrière (et 2.0 bar à l’avant), ceci augmentant la surface de contact avec le sol de 24% ! Autant dire que l’adhérence n’en sera qu’améliorée.

Les rainures du pneu ne sont pas là pour la figuration. Plus exactement, elles ont été dessinées pour répondre à deux exigences : évacuer l’eau en cas de pilotage sur route détrempée et refroidir le pneu (technologie SVT : Speed Vent Tread). A propos de températures, il est nécessaire de préciser que le SportSmart TT est une gomme qui monte très vite en température, à l’instar d’un pneu routier. Sur circuit, Dunlop propose même de se dispenser de l’utilisation de couvertures chauffantes.

Quant à la carcasse du pneu, elle a été étudiée pour offrir un maximum de maniabilité et un très bon retour d’informations. Tout en réduisant l’effort à fournir au guidon pour balancer la moto d’un angle à l’autre, le SportSmart TT a l’avantage d’avoir un comportement neutre lors des phases de freinage et n’a pas cette tendance à redresser la moto.

En piste!

Ce qui frappe dès qu'on entre en piste, c'est effectivement la réactivité du Sportsmart TT. Tardivement installés, Carlito et moi n'aurons pas pu poser nos couvertures chauffantes plus de trois minutes. Dans l'air déjà tiède du matin, nous serons tous les deux surpris par les aptitudes des pneus, pas encore en température. Les deux premiers tours se font sur un rythme étonnamment rapide, sans que la moindre réaction malsaine ne vienne gâcher le plaisir.

Quelques légers flous ressentis dans le train avant nous indiquent que le pneu n'est pas encore au top, sans que l'ombre d'un décrochage ne se manifeste. La neutralité de l'avant est d'ailleurs ce qui nous marque immédiatement : on le lit très clairement, sachant à tout moment où en est le grip, et on peut lui en demander toujours plus à mesure qu'il chauffe. On "tourne autour" de l'avant et on peut placer sa moto comme on le souhaite, la mise sur l'angle restant très progressive. 

L'arrière n'aura absolument pas bougé durant les premières sessions, révélant un grip étonnant malgré une piste chauffant allègrement au fil de la journée et des contraintes de plus en plus fortes. C'est seulement lors de fortes accélérations sur l'angle que j'aurai réussi à le faire remuer un peu plus. Encaissant très bien les fortes charges, le Sportsmart TT se comporte ensuite comme les D211, que j'ai longtemps martyrisés sur piste : la perte d'adhérence est progressive et on peut anticiper le patinage du pneu. On sait alors qu'on en met trop et on travaille sa position et sa trajectoire grâce aux informations données par le pneu.

Sans broncher

La durée de vie du pneu ne posera sans doute aucun problème. A la fin de la journée, l'usure des trains sur la Street Triple R et la R6 sera à peine visible. Sur de plus gros circuits et montés sur des machines plus puissantes, les Sportsmart TT seront sans doute plus marqués, mais on peut sans autre envisager deux, voire trois journées sans même penser à contrôler l'usure du train.

Dans l'après-midi, c'est sur le travail de l'avant que j'aurai été impressionné. L'Anneau du Rhin, dans sa version complète, comporte bon nombre d'occasions de travailler tout type d'entrée de courbes. Sur les freins, l'avant reste toujours imperturbable, sans aucun mouvement parasite et on parvient à entrer toujours plus fort en tournant toujours aussi facilement autour de son avant. Petite chicane "automobilesque", 180°, cassure rapide, l'avant encaisse tout sans broncher. J'en rajoute pourtant plusieurs fois mais, à mon niveau, malgré un réglage tout à fait standard de la R6, à aucun moment je n'ai dépassé les limites du pneu.

C'est très impressionnés qu'on terminera notre dernière ronde, sous une chaleur écrasante. Malgré la canicule, les Sportsmart TT ont assuré et c'est avec le sourire qu'on plie tranquillement bagage. 

Venu combler un vide dans la gamme Dunlop, le Sportsmart TT s'impose comme un vrai bon pneu polyvalent. Pour qui s'essaie à la piste ou dispose d'une seule machine pour rouler tant sur la route que sur piste, il représente un compromis idéal, très orienté sport. Et pour un pneu couteau-suisse, il s'avère irréprochable sur cette journée de test.

Prochaine échéance, l'essai route, qui s'annonce tout aussi saignant!

Vous trouverez ci-dessous les dimensions et tarifs publics conseillés pour le Sportsmart TT.

Un grand merci à Dunlop Suisse, en particulier Claudio De Cola, pour nous avoir conviés à cette journée riche en plaisir, de même qu'à Sportfoto-Trescher.de pour les photos.

Djeemee et Carlito
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Modèle
Marque :
Dunlop
Modèle :
SportSmart TT
Tailles :
Voir article
Catalogue
Prix de vente :
Voir article
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.