Essai publié le 11 octobre 2021

Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?

Texte de Thomas / Photo(s) de Thomas

Un trail ? Quand on posait cette question à un motard des années 80, il vous répondait XT 500, 500 XL ou encore 370 SP. La recette était toujours la même : un monocylindre 4 temps, des pneus à crampons, un échappement avec sortie haute et un bon débattement de suspension. On obtenait alors une moto sans chichis, légère (environ 130 kg), maniable à souhait et à l’aise dans le terrain. Une moto pour baroudeur, en somme. 

Quarante ans plus tard, on entend par trail une machine technologiquement ultra équipée, puissante, roulante et en plus confortable. Tout cela à la fois et souvent au détriment du poids, car on a des motos qui dépassent facilement les 220 kg. On est décidément loin de la ligne et de l’esprit de ses illustres ancêtres. Il semble même que presque tous les constructeurs aient tiré un trait sur l’esprit des trails d’origine, préférant peut-être miser sur des points comme celui du confort. Tous ? Non. Un constructeur italo-chinois résiste encore et toujours à l’envahisseur et propose avec sa série Caballero de véritables petites pépites rétro. 

Ce constructeur, vous l’avez déjà compris, c’est Fantic. Et les plus avertis d’entre vous ont déjà entendu ce nom. Née en 1968, la marque a toujours misé sur le « off-road ». D’ailleurs la Caballero première du nom, dont l’actuelle s’inspire beaucoup, voit le jour en 1969 et fait un véritable tabac auprès des jeunes motards italiens amateurs d’enduro de cette époque. Bref, j’ai donc toutes les raisons d’être très curieux d’essayer cette nouvelle Caballero « rally edition ».

Osée mais sobre

Je récupère la moto à dix minutes de Soleure, chez l’importateur exclusif pour la Suisse. Une occasion pour moi au retour de découvrir des nouvelles routes et de charmants coins, comme la bourgade de Büren an der Aare, et son pont de bois où je fais une halte café. La première chose qui me frappe sur la Caballero est indubitablement sa couleur : vert militaire et jaune citron. Franchement osé, comme mélange ! J’étais loin d’imaginer trouver ces tons mais je dois avouer que je suis conquis et les badauds autour de moi aussi, apparemment. Comme c’est une moto sans chichis qui se présente vraiment dans son plus simple appareil, la couleur passe d’autant mieux et lui donne vraiment du caractère. La plaque jaune sur le côté ne laisse pas l’ombre d’un doute : on a bien affaire à une édition rally. 

Côté éclairage, tout est en LED sauf les clignos. Le phare avant et le petit feu arrière, ronds tous les deux, apportent une touche rétro et les 4 clignos halogènes sont assez discrets, de bon goût donc et plutôt cool pour cette gamme de prix. Les platines de repose-pieds et les tés de fourche taillés dans la masse me font penser à des pièces de prototype de course. De belles pièces ! Autre point positif, la double sortie d’échappement Arrow, qui est simplement magnifique. J’ajoute encore la selle, assez fine et bien dessinée et j’affirme sans conteste qu’il s’agit d’une moto bien proportionnée, agréable à l’œil, sobre. La classe, quoi, avec des finitions tout à fait correctes pour cette gamme raisonnable de prix. 

Facile à emmener

Le son de l’échappement me fait plaisir. Déjà au ralenti, le bruit du moteur est dynamique et bien vivant pour une moto moderne. Au guidon, elle s’avère rapidement ultra légère et maniable. Oui, vraiment, dans les virages des routes secondaires, la Caballero s’avère très facile à emmener, je prends plaisir à sortir la jambe et j’ai déjà la banane sous mon casque après seulement quelques minutes au guidon. Très agréablement surpris, donc, de trouver en 2021 une moto aussi maniable et légère. Et comme le grand guidon et la selle assez haute permettent d’avoir une position bien droite et agréable. Certes, je n’ai pas connu l’époque des XT500 et ne peux pas en être nostalgique mais il me vient l’idée d’avoir affaire à ce qu’on appelle un « gromono » à l’ancienne.

Punchy et plaisir

Le moteur, maintenant. Disons qu’il est plutôt punchy même si assez vite limité. En ville et sur les petites routes de campagne, on a un agréable monocylindre qui offre une bonne reprise, avec un échappement qui a des petits retours sympathiques. Mais qu’on ne se méprenne pas, la Fantic est une moto qui se conduit au couple, inutile donc d’aller chercher la puissance haut dans les tours. A vous de jouer de la boîte de vitesses pour tirer le meilleur parti du moteur. Mais en tout cas rouler à 120 km/h plus de 10 minutes, je le déconseille absolument. Je l’ai testé à regret. Non seulement c’est fatigant mais un peu flippant. Le moteur n’est clairement pas adapté pour ce type de conduite et ça se sent. 

Mon sourire disparaît lors du freinage. Rien à redire sur le frein arrière, mais à l’avant, le maître-cylindre ne renvoie pas un bon feeling. Si je suis lancé à pleine vitesse, il y a bien du mordant, mais à basse vitesse en résulte un freinage saccadé. globalement c’est difficile de doser et pas très rassurant. Point positif en revanche, l’ABS arrière est déconnectable, ce qui est indispensable pour qui aimerait emmener la machine sur des chemins en terre. Les suspensions sont correctes et le confort est là pour l’essai routier qui est le mien. Toutefois à l’avant je soupçonne que plusieurs réglages seront nécessaires pour qui veut s’adonner à du cent pour cent tout-terrain. 

Petit détail moins convaincant : la jauge à essence, qui est un peu comment dire…fantaisiste. Elle descend vite, se met à clignoter. Je me fais une frayeur car je n’ai pas de station avant une quinzaine de kilomètres. Mais voilà que la jauge cesse de clignoter et reprend. Et quand enfin je refais le plein, je constate qu’il restait en réalité environ deux litres (sur les 12 litres totaux du réservoir). J’ai compris ! La jauge pèche par excès de prudence et ne reflète pas précisément la consommation réelle de la moto. Globalement, sachez-le, vous pourrez sans crainte effectuer environ 215 kilomètres. Mais bon, une jauge plus précise n’aurait pas été de refus !

Je pardonne tous les petites imperfections au niveau châssis et électronique car au final le plaisir au guidon autre que la vitesse ! est tel que la Fantic Caballero rally est un de mes coups de cœur de cette année. 

Et le plaisir de conduite finalement, c’est le primordial, non ?

Thomas

Au final...

On a aimé :
+
un look d'enfer !
+
une sonorité vivante
+
sa simplicité
On a moins aimé :
-
le feeling du frein avant
-
la précision de la jauge d'essence
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
un look d'enfer !
+
une sonorité vivante
+
sa simplicité
On a moins aimé :
-
le feeling du frein avant
-
la précision de la jauge d'essence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Fantic
Modèle :
Caballero 500 Rally
Année :
2020
Catégorie :
Enduro
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps, 4 soupapes, simple ACT
Cylindrée :
449 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique ATHENA GET
Performances
Puissance max. :
42 ch à 7500 tr/min
Couple max. :
43 Nm à 6000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Simple berceau dédoublé en acier CrMo
Suspension AV :
fourche inversée Fantic FRS 43mm avec régulation hydraulique
Course AV :
200 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Fantic FRS régulation hydraulique
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
110/80 R19
Pneu AR :
140/80 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Mono disque flottant 320mm, étrier radial
Frein AR :
Mono disque "wave" 230mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2080 mm
Empattement :
1425 mm
Largeur :
820 mm
Hauteur de selle :
860 mm
Poids à sec :
150 kg
Poids total :
160 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Vert militaire
 
Sand
Catalogue
Prix de vente :
CHF 8990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.