Essai publié le 26 janvier 2018

Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Milagro Agency / Avec la collaboration de Alex (merci pour la combinaison)

L’Histoire s’est écrite sur le Circuit Ricardo Tormo, à Cheste. La première Superbike Ducati à moteur V4 nous attendait pour un essai dément, qui a mis en avant le caractère ultra-exclusif de l’Italienne, qui se pose comme ce qui se rapproche le plus d'une MotoGP.

Il fait 7 petits degrés à Cheste (ES), sur le Circuit de la Comunitat Valenciana Ricardo Tormo. Le nom complet en jette et je n’en mène pas large. On voit à peu près à 15 ou 20 mètres et notre petite colonne de journalistes suit Alessandro Valia, le pilote d’essai maison, les fesses serrées. La dernière fois que je suis monté sur une Panigale, il faisait la même température et elle avait deux cylindres de moins. Ça c’était plutôt mal fini.

Mes roulés boulés dans les graviers de Dijon encore en tête, je suis presque heureux de me traîner dans le dernier secteur du circuit, avant de revenir aux stands avec mes confrères. Beaucoup plus belle en vrai qu'en photo, la Panigale V4S ne mérite pas d'être cassée. L’idée de lâcher les 214 chevaux du nouveau moteur Desmosedici Stradale sur le technique tracé espagnol dans ces conditions n’est pas spécialement rassurante.

Parce qu’il y a de quoi transpirer rien qu’en détaillant les caractéristiques de la nouvelle Superbike de Borgo Panigale. Surpuissant, le V4 à 90° se veut surtout coupleux, avec 124Nm à 10'000 tours/minute. Grâce à son calage Twin Pulse, le V4 fonctionne presque comme un twin et son comportement rappelle celui de la 1299 S, jusqu’à 11'000 tours/minute.  Le son d’une MotoGP en plus. Et avec 3'000 tours restants au compteur.

Puissance et légèreté

A 13'000 tours, le V4 délivre donc 214 chevaux, soit la puissance la plus élevée de la catégorie. Aves ses 195 kilos, l’Italienne s’offre un rapport poids/puissance de 1,1 cheval/kilo. Ceci grâce à son châssis ultra-léger, qui se greffe sur le moteur, qui est partie intégrante de la rigidité de la machine. Le cadre en aluminium pèse 4,2 kilos, à peine plus lourd que mon chat de 5 mois… Ajoutez-y une araignée en magnésium de 700 grammes, une boucle arrière de 1,9 kilos et un mono-bras oscillant de 5,1 kilos ; vous obtenez un total de 11,9 kilos. Genre, le poids qu’on pense avoir pris après les fêtes…

J’ai encore en tête le moment où je faisais sauter en rigolant le cadre de la Panigale V4 entre mes mains, quelques minutes auparavant, dans le superbe hospitality du team MotoGP. On rigole moins quand on sait que ce petit bout d’alu tout léger empêche une machine de se disloquer à 270km/h. Respect, petit bout d'alu.  Inspiré du châssis de la Desmosedici de GP, cet élément en aluminium prend la place de la structure monocoque connue sur l’ancienne Panigale. Torsion  et rigidité latérale sont donc distincts, ce qui permet au châssis de mieux absorber les irrégularités de la piste et les contraintes infligées par la puissance du moteur.

A chaque bout du châssis, Öhlins a fourni ses plus beaux éléments d’amortissement. La fourche NIX-30 de 43mm, entiérement réglable électroniquement via le Öhlins Smart EC 2.0, garantit le top du top au train avant, alors que l’amortisseur TT-X 36, également à réglage électronique, prend place sous le réservoir, qui se termine sous les fesses du pilote. Les superbes jantes Marchesini, en aluminium forgé, accueillent les nouveaux Pirelli Diablo Supercorsa SP, dont l’arrière se dote du format 200/60 utilisé en Superbike. Plus de surface en contact avec le sol, donc plus de grip et de stabilité.

Il en faudra pour encaisser la puissance de freinage proposée par les étriers Brembo Stylema, dernière évolution du fameux étrier monobloc M50. Plus légers de 70 grammes, plus compacts et mieux ventilés, ils n’attendent que votre demande pour mordre les disques de 330mm. L’arrière est équipé de Brembo également, alors que le tout est chapeauté par un cornering ABS de chez Bosch, disposant d’une foule de réglage et permettant une gestion optimum du mordant pendant vos freinages de trapeur.

T'en veux? T'en as!

Le brouillard s’est levé et il va être temps d’y aller. Premier contact avec la bête : 10 minutes de repérage du circuit, lors desquelles j’aurai particulièrement apprécié le caractère moteur, effectivement semblable à celui de la Panigale V2. Tractant sans faiblir, il semble offrir une puissance illimitée et toujours disponible, seulement bridée par l’électronique. Sur le mode Sport, l’un des trois mappings moteur disponibles, la réponse du moteur est moyenne et les aides électroniques essentielles étaient réglées de manière un peu trop intrusive pour un usage sur circuit. Au niveau 5 sur 8, l’antipatinage (DTC EVO) calibré sur une plateforme inertielle à 6 axes, empêche la puissance de déporter la machine vers l’extérieur, à moins de relever plus nettement la Ducati en sortie. Le wheelie control (DWC EVO) réglé sur 4 n’est que peu sollicité.

Reste qu’à l’approche du haut du compte-tours, on ressent une nette augmentation de la poussée. Les 214 chevaux sont bien présents et propulsent la machine à plus de 270km/h au bout de la courte ligne droite du tracé ibérique.  Sur cette session en rythme plus que tranquille, le freinage se sera montré sans reproches. Grâce au Ducati Quick Shifter (DQS), qui permet de se passer de l’embrayage pour monter ou descendre les rapports, la main gauche reste libre pour tripoter les deux commodos de réglage des modes de puissance et des aides électroniques. Quand à moi, c’est en sueur que je rentre aux stands, après cette petite séance sportive. Mon physique poussif n’a pourtant pas fini d’en prendre pour son grade : la Panigale V4 S équipée du kit Ducati Performance et ses 226 chevaux m’attendent dans 20 minutes. Génial.

Si les 214 chevaux du Desmosedici Stradale m’avaient déjà impressionné en mode Sport, c’est bien sur le mode Race que les 226 bourrins de la version Ducati Performance comptent me satelliser pendant le prochain quart d’heure. DTC et DWC réglés sur 3, toujours sur 8 niveaux, ABS sur l’avant uniquement et mapping moteur le plus direct : la Bête s’éveille au son assourdissant de la ligne Akrapovic. Dix secondes plus tard, les mécaniciens italiens déroulent les couvertures pour dévoiler les slick Pirelli Diablo Superbike qui équipent cette version kit. La machine est débarrassée de ses béquilles et un mécano la tient verticale en attendant que je veuille bien monter dessus. Un peu que je veux !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
vivre l'avènement d'une nouvelle ère chez Ducati
+
le moteur délirant, puissant et si exploitable
+
le châssis de course qui vit et remue
+
le freinage complètement ahurissant
+
absolument tout le reste
On a moins aimé :
-
le brouillard du matin
-
le kit Ducati Performance, qui devrait être fourni d'office
-
l'accès parfois délicat au sélecteur (mais je pinaille!)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Panigale V4 S
Année :
2018
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Desmosedici Stradale, 4 cylindres en V à 90°, arbres à cames contra-rotatif, 16 soupapes à distribution desmodromique
Cylindrée :
1103 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, deux injecteurs par cylindres
Performances
Puissance max. :
214 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
124 Nm à 10'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports avec DQS (Ducati Quick Shifter) up/down EVO
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, anti-dribble et servo-commandé
Partie cycle
Châssis :
Cadre avant en aluminium, moteur porteur
Suspension AV :
Öhlins NIX-30 ø 43mm, entièrement réglable, réglage électronique de la détente et compression via Öhlins Smart EC2.0
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Öhlins TTX36, entièrement régale, réglage électronique en détente et compression via Öhlins Smart EC2.0
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
200/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique semi-flottant de ø 330m avec étriers radiaux Brembo Monobloc Systema (M4.30), Bosch Cornering ABS EVO
Frein AR :
Simple disque hydraulique ø 245mm, avec étrier 2 pistons, Bosch Cornering ABS EVO
Dimensions
Empattement :
1'469 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids à sec :
174 kg
Poids total :
195 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge (tu crois quoi!)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 29'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.