Essai publié le 24 février 2021

Essai Yamaha MT-09 2021 - Vous en aurez pour votre argent

Texte de Patrick / Photo(s) de Arnau Puig, Francesc Montero

Véritable moteur de la marque vers ce qu'elle est devenue, depuis 2013 la MT-09 a grandement contribué à la renommée de Yamaha à travers l'Europe. Place à un modèle entièrement nouveau et gavé de technologie.

Il s'en est vendu plus de 63’000 sur notre continent ce qui est déjà énorme. Imaginez si on comptait les FZ9 commercialisées en Amérique du Nord ! Lorsque Yamaha vend une MT, il y a une chance sur cinq que ce soit une MT-09.

Pour le millésime 2021, le constructeur a consenti à de nombreuses améliorations techniques, ce à contrario de la MT-07 qui a plutôt eu droit à un sérieux lifting. Châssis et bras oscillant revus, moteur plus puissant, admission modifiée, ride-by-wire et freins de R1, shifter bidirectionnel et écran couleurs. Yamaha a vraiment mis tout ce qu'il était possible de mettre sur son roadster phare. 

Le phare justement, nouveau également avec la forme de Y qui apparaît en LED, je m'y suis déjà habitué depuis sa présentation. Je résumerais qu'il ne ressemble à aucun autre, le but recherché par Yamaha est de savoir immédiatement qu'on est face à une MT.

Innovation éprouvée, diffusion à large échelle

Pour améliorer sa MT-09, la marque japonaise a utilisé sa banque de périphériques pour de nombreuses pièces. Commençons par celle qui ne saute aux yeux que lorsqu'on l'évoque : la commande d'accélérateur est la même que celle qui équipe les YZF-R1 depuis 2015. Ce qui change visuellement ? Et bien il n'y a plus ces deux câbles de poulies qui vont du guidon à la colonne de direction. Maintenant vous le voyez bien.

Cette poignée offre toute la précision qu’on attend d’un tel périphérique, la résistance en main est bonne et le passage de l’information est instantané. On dose très bien l’accélération, notamment avec l’aide des 4 modes de conduite. Le 1 (ancien A sur MT-09) est maintenant sain à utiliser. Il est certes très sportif, mais pas fatiguant comme l’ancien mode sport. Ils ont tous la même puissance mais modulent la façon dont elle arrive à la roue, à l’exception du mode 4 voulu si doux, qu’il plafonne à 100 ch.

Le système de freins reprend également des pièces de R1, les étriers 4 pistons à fixation radiale. Le maître-cylindre vient de la R6, une pompe radiale qui remplace avantageusement ce qui était axial sur toutes les versions précédentes. Le tout est supervisé par une centrale ABS Bosch 9.1MP, donc pour la première fois il y a un ABS sur l'angle sur une MT-09. Il peut même être commuté en un système conventionnel en choisissant BC1 au lieu de BC2 dans les réglages.

ABS, contrôle de motricité/glisse et soulèvement de la roue avant sont tous réglables individuellement à l’arrêt. C’est la molette droite qui y donne très facilement accès. Plus le nombre à côté du système est bas, moins il est intrusif. Par exemple le Lift Control System sur 1 ou 2, il permet des wheeling à vitesse de montée et descente contrôlés, sur 3 la roue ne monte pratiquement plus. 

C'est une nouvelle centrale IMU 6 axes qui est installée sur la moto. Elle fait toujours 125 calculs par seconde comme sur la R1, mais elle est 40% plus légère et 50% moins encombrante. Cette centrale renseigne chaque aide à la conduite pour être affinée en fonction de l'angle de la moto. C'est pourquoi Yamaha parle d'un Cornering Traction Control System. En même temps il y a le SCS qui gère la glisse permise à la roue arrière de façon précise. Il y a vraiment de quoi s'amuser.

Il est également possible de tout couper, sauf le contrôle de traction dans les paramètres, ou même de supprimer le TCS d’un appui long sur le bouton Mode.

L’ennemi, c’est le poids

Dans la conception de pièces de fonderie, Yamaha a fait la chasse aux grammes superflus. Grâce à de nouvelles technologies, le châssis en aluminium coulé sous pression présente par endroit une section plus fine que jamais dans leur production (1.7mm) tout en ayant de meilleures propriétés physiques que le précédent. Il est par exemple moitié plus rigide en flexion latérale. Le bras oscillant n'est également pas le même, avec une courbure moins importante, ce sont 1'750 grammes de gagnés avec ces deux pièces, 2.3 kg au total sur le châssis.

Les jantes ont permis d'épargner 700 grammes par roue en les faisant forger en rotation. Regarder le dessin, les branches semblent si fines. Par endroit le métal ne fait que 2mm d'épaisseur. Gagner en masses non-suspendues est un énorme avantage, surtout qu’elles sont chaussées de Bridgestone S22, un excellent pneu routier à usage sportif. Avec des jantes en magnésium voire en carbone c'est facile, en aluminium et sur une moto affichée moins de CHF 10'000.- c'est un défi technique. Cette technologie exclusive Yamaha rend accessible les jantes forgées et on se réjouit de les retrouver sur d’autres modèles.

L’axe de direction est 39mm plus bas avec le nouveau châssis. Aussi, la fourche KYB ø41mm entièrement réglable, devient plus courte de 30mm pour charger l'assiette de la moto vers l'avant. On est plus en position Streetfighter désormais. L’amortisseur est lui réglable uniquement en précharge et en rebond; cependant il progresse en devenant limite trop dur. 

Avec cette nouvelle position, l’avant devient très vif. On a un généreux bras de levier avec le guidon droit, 15mm plus haut avec des pontets énormes ainsi que l’angle de chasse de 25°.

Très vif je disais, mais au détriment de la stabilité. Le moindre mouvement de guidon fait se dandiner la MT-09. En descente, l'effet s'accentue sous la charge de la moto vers l'avant. Si bien qu'en entrée de virage, j'avais de la peine à rentrer fort. En plein freinage, je devais attendre de soulager à nouveau l'avant pour retrouver de la précision et l'inscrire en courbe.

L'amortisseur, tant que le revêtement est bon, va bien. Dès qu’il se détériore, l'arrière à tendance à rebondir sur les bosses. Au rythme où on roulait, mes fesses ont plusieurs fois quitté la selle de façon inopinée... C'est le setting usine, selon votre gabarit le feeling sera différent et il y a un peu de marge de réglage.

De série, la position de conduite peut être ajustée : en retournant les pontets le guidon avance de 9mm et monte de 4mm et en même temps les repose-pieds peuvent être déplacés de 14mm vers le haut, 4mm vers l'arrière. Je n'ai pas essayé ces réglages alternatifs car mon problème se situe plus au niveau de la selle.

Toujours avec sa forme de banquette longue et plate, avec mon jean j'avais un mauvais grip dessus. Pour me maintenir en arrière du réservoir, qui est d'ailleurs plus fin côté pilote mais conserve ses 14 litres, je devais me repousser des bras et des jambes. Puis je fatiguais et me retrouvais collé au réservoir, mes attributs masculins cherchant où se mettre... Note pour plus tard : à selle lisse, pas de jean kevlar mais plutôt quelque chose avec du grip.

Faire parler la poudre

Le coeur de la MT-09 bat grâce à de nouveaux pistons, reliés à un vilebrequin avec 15% de plus de masse inertielle. Les injecteurs ont été légèrement déplacés et la nouvelle cartographie permet d’afficher 119 cv et surtout 93 Nm de couple, plus tôt en régime qu’avant. De plus, la courbe est généralement plus haute que sur le modèle précédent. Monté 5° plus vertical dans le châssis cela change son inertie, au total le bloc moteur est 1'700g. plus léger.

J’ai beaucoup aimé l’explosivité du moteur, la quantité de couple disponible à n’importe quel régime est généreuse et fera systématiquement bondir la moto vers l’avant. C’est très facile de déclencher un wheeling, même pour moi qui ne suis pas doué pour ça. Brap-brap et la voilà sur la roue arrière, dans mon cas sur un petit mètre, mais pour d’autres c’était bien plus et sans toucher à l’embrayage.

Toute l’admission a été optimisée dans deux sens, d’abord pour les performances, ensuite pour produire un son littéralement accordé avec la ligne d’échappement. Seulement, sur le cadre est inscrit “96dB”, donc pour le Tyrol autrichien on ne sera pas le bienvenu. Une news a été publiée au sujet de cet échappement et le résultat est saisissant. Le son est très beau à l'usage, du bord de la route il peut même sembler étonnement fort. Si vous optez pour le silencieux Akrapovic qui vient sur le côté comme un échappement standard, en statique il sonne moins fort que de série ! En revanche sur la moto, le son du sorcier slovène est perçu plus rauque et plus satisfaisant.

La transmission change légèrement au niveau de l’embrayage, il s’engage plus facilement et demande moins d’effort au levier. Le shifter bidirectionnel est de série et actif dès 2'200 tr/min et 20km/h. Au tableau de bord s'affiche un petit indicateur QS avec une flèche vers le haut ou vers le bas pour dire dans quel sens le shifter est prêt à aller. Evidemment, gaz en grand, la flèche vers le haut est allumée et inutile d'appuyer pour le rapport inférieur ça ne fonctionnera pas. Le fonctionnement général du shifter est impressionnant, même de 2 en 1, pour autant qu'on soit dans la fenêtre indiquée le rapport passe.

Tout est compris à ce prix là ?

À y regarder de plus près, cette nouvelle Yamaha MT-09 2021 présente de sérieux avantages, de nombreux atouts techniques, et le tout pour un prix à 4 chiffres. Les anglais diraient que c'est un bargain (une aubaine, ou une bonne affaire). Selon moi, elle vaut chaque franc que Yamaha en demande.

Avec 4kg de gagné sur le poids, 173kg à sec (189 en ordre de marche), plus de performance et surtout ces jantes forgées, elle deviendra un exemple d'agilité. En revanche j'émets quelques réserves sur la réactivité de l'avant qui reste vif peu importe la vitesse. Heureusement les débutants doivent passer par 2 ans de 35 kW avant d'accéder à ce genre de bêtes tout juste domestiquées. Un mot sur la consommation enfin, on a fait 230 km dans la journée, dont bien 30 sur la réserve. La consommation réelle se situe quelque part entre 5.3 et 6.0 L. au 100km.

Trois couleurs sont au catalogue : Storm Fluo, Icon Blue et Tech Black, toutes au prix de CHF 9'990.-. Trois pack d'accessoires sont également proposés :

  • Sport pack (pro) : protections de leviers, saute-vent, support de plaque, grip sur le réservoir, silencieux Akrapovic (dans le pack pro)
  • Week-end pack : bulle basse, selle sport-confort, saccoches latérales souples, prise USB
  • Urban pack : bulle basse, porte paquet, top-case 39 L., prise USB, protège réservoir.

Pour essayer cette nouvelle MT-09, rendez-vous dès le mois d'avril chez les revendeurs Yamaha.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Le bruit de série, vraiment réussi
+
Le couple toujours dispo
+
La sensation générale de légèreté
On a moins aimé :
-
Me retrouver toujours collé au réservoir
-
L’avant trop vif même en roulant vite
-
Décoller de la selle quand le revêtement est inégal
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le bruit de série, vraiment réussi
+
Le couple toujours dispo
+
La sensation générale de légèreté
On a moins aimé :
-
Me retrouver toujours collé au réservoir
-
L’avant trop vif même en roulant vite
-
Décoller de la selle quand le revêtement est inégal

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-09
Année :
2021
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
889 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
119 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
93 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 vitesses avec QSS bidirectionnel
Embrayage :
Embrayage antidribble assisté (A&S)
Partie cycle
Châssis :
Cadre Deltabox en aluminium moulé sous pression
Suspension AV :
Fourche inversée KYB ø41mm entièrement réglable
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Amortisseur arrière KYB réglable
Débattement AR :
122 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques de ø298 mm, maître-cylindre radial Nissin
Frein AR :
Disque de Ø 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'090 mm
Empattement :
1'430 mm
Largeur :
795 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
189 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Storm Fluo
 
Icon Blue
 
Tech Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.