Essai publié le 01 mars 2021

Essai retro : CB 750 Four K0

Texte de Thomas / Photo(s) de François Erbrich

1969 : Neil Armstrong et Buzz Aldrin posent un pied sur la lune, le Concorde effectue son premier vol et Easy Rider sort dans les salles obscures. Une tradition veut qu’on ajoute à cette liste la sortie de la CB 750 Four des usines de Honda Motorcycle. La fameuse « quatre pattes » va en effet révolutionner le monde des deux-roues. Or plus de 50 ans après sa sortie, que peut-on retenir de cette moto mythique ? Quelles sont les sensations à son guidon ? Quelques tentatives de réponses. 

D’emblée je noue une relation toute particulière avec cette moto que je lorgne dans le garage de mon père du haut de mes 5 ans ! Non seulement elle me fait rêver mais elle devient ma première figure de référence dans mes connaissances moto. Autant vous dire que lorsque j’ai eu 18 ans, je ne me suis pas fait prier quand j’ai pu enfin prendre son guidon ! Mon père me met toutefois en garde : elle ne freine pas, elle se tortille dans les virages et elle est particulièrement lourde comparée à nos motos modernes. En d’autres termes je dois y aller prudemment. J’accepte ses conditions, j’enfile mon plus bel équipement. Et hop, c’est parti ! 

L’inimitable look 

Le réservoir rouge candy en “goutte d’eau” et la pureté de ses lignes me plaisent. Des chromes partout, des jantes à rayons, le phare ainsi que les clignotants parfaitement ronds : un look inimitable ! La selle digne d’un canapé de cuir vintage, moelleuse et très confortable. Le guidon est haut, la posture droite, si bien qu’on y resterait des heures. On est à des années-lumière d’un streetfighter, côté confort. 

Moteur ! 

Surprise : à l’heure du keyless, je ne suis pas initié au rituel de démarrage des années 70. Marche à suivre : ouvrir le robinet d’essence sous le réservoir à droite. Pour rappel, la CB 750 a un carter à sec avec réservoir d’huile séparé. Il faut donc mettre 2 ou 3 coups de kicks avant contact afin de mettre sous pression le circuit de lubrification et remplir les cuves. Ouvrir le chock à fond, à la droite des carbus. En longeant le réservoir de la main gauche, chercher la clé et mettre le contact. Enfin, mettre un très léger filet de gaz et presser le bouton démarreur. Moteur ! Tout de suite, le son caractéristique des 4 sorties d’échappements HM300 vous rugit dans les oreilles : quelle musique ! 

Le moteur m’impressionne vraiment par sa rondeur et son onctuosité. Du Honda tout craché, en somme. La grand-mère en a décidément encore dans le ventre ! Les 4 sorties d’échappement rugissent dans un son envoûtant. Après quelques minutes à son guidon, je constate en revanche que la moto ne freine quasiment pas de l’avant malgré son frein à disque hydraulique, parmi les premiers pour une moto de série. Le frein arrière à tambour est quant à lui plutôt bon, et heureusement !

Je dois donc anticiper deux fois plus que sur une machine moderne, que ce soit la vitesse d’entrée dans un virage, l’arrivée d’un rond-point ou les distances avec les véhicules environnants. Malgré tout, l’accélération est très satisfaisante de 4'000 à 7'500 trs/min. Au-delà, inutile de titiller la zone rouge entre 8'500 et 9'200 trs/min. Nettement moins engageante est la partie cycle. Il y a même de quoi prendre peur en regardant la fourche qui a davantage sa place sur un vélo que sur une moto d’un quart de tonne. Mon père ne se trompait donc pas en me disant qu’elle se tortillait dans les virages et il m’est compliqué de faire pleinement confiance aux Dunlop K81 chaussant la belle en dépit de leur confection moderne. J’ose à peine imaginer sa tenue de route avec des pneus d’époque. Bref, autres temps, autres mœurs !

Finalement, la CB avec ses 67 chevaux a beau avoir 51 ans, elle continue à faire honneur à sa réputation de première superbike en offrant un plaisir de conduite qui ne ressemble en rien à nos motos modernes. 

Un peu d’histoire 

Pour rappel, la 750 four et son 4 cylindres en ligne 4 temps fait figure d’épouvantail à sa sortie en 69, dans un marché moto archi-dominé par les bicylindres de conception anglaise. Avec un prix accessible, une fiabilité au-dessus de la moyenne et ses 2 cylindres supplémentaires, elle va porter un coup de massue aux marques européennes qui étaient en tête du marché mondial. Très vite elle remporte des courses majeures comme le Bol d’or en 69 et les 200 miles de Daytona en 70. Présente au catalogue Honda entre 1969 et 1977 elle s’écoulera au nombre impressionnant de 553’100 exemplaires !  

Thomas

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur, généreux
+
La sonorité, enchanteresse
+
la position de conduite
+
son design, sobre chic
On a moins aimé :
-
Le freinage, d'un autre temps !
-
La tenue de route, hésitante
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur, généreux
+
La sonorité, enchanteresse
+
la position de conduite
+
son design, sobre chic
On a moins aimé :
-
Le freinage, d'un autre temps !
-
La tenue de route, hésitante

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CB 750 Four K0
Année :
1969
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, simple AAC en tête, 2 soupapes par cylindres
Cylindrée :
736 cm3
Refroidissement :
à air
Alimentation :
4 carburateurs
Performances
Puissance max. :
67 ch à 8000 tr/min
Couple max. :
59 Nm à 7000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire à double berceaux
Suspension AV :
Conventionnelle, télé-hydraulique
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
Combiné d'amortisseurs réglables en précharge
Débattement AR :
87 mm
Pneu AV :
3.25 - 19
Pneu AR :
4.00 - 18
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque hydraulique avec étrier mono-piston
Frein AR :
Tambour
Dimensions
Longueur :
2160 mm
Empattement :
1455 mm
Largeur :
885 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids à sec :
218 kg
Poids total :
240 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge
 
Or
 
Bleu

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.