Article du 23 octobre 2020

Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »

Texte de Phoukham Phothirath / Photo(s) de Thierry Cittone, Denis Guyot, Phoukham Phothirath

Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura lieu, cette fois-ci c’est sûr. Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.

C’est sur ce constat que ce samedi matin, dès l’aube, je suis parti de Lausanne pour arriver à l’heure du briefing des pilotes et celui des commissaires. Je parque ma voiture sur les hauts de Verbois. Comme moi plus tôt, l’aube a de la peine à se lever. Puis descends doucement entre les rangées de pieds de vigne aux feuilles déjà jaunissantes.

Tout le monde s’active, comme dans un pièce de théâtre 63 fois répétée et mille fois renouvelée. Chacun est déjà à sa place, les traits sont un peu tirés mais l’humeur est joyeuse. Les souffleurs de feuilles entrent en jeu balayant et feuilles et débris de pailles hors du tracé.On fixe ou refixe les dernier panneaux, on vérifie, on patrouille.

Il est 7h45 lorsque j’arrive au bas du barrage. C’est l’heure bleue. Le paddock est encore endormi. À peine si on débâche les motos, si on ouvre les barnums, ici et là. Quel étrange contraste entre ce calme froid et humide et la furie qui va se déchaîner tout-à-l’heure sur ces flancs de coteaux!

En totalité 87 pilotes ou équipages sont venus braver la 64ème édition de cette montée qui prend son départ sur les berges du Rhône pour ensuite serpenter entre les vignes et finir sur les hauts du vignobles.

Karting, scooters et les moins de 100 cm3, puis ceux de moins de 250, 550, 750 et plus de 750 cm3, sans compter les side-cars, courts et longs, et les motos anciennes (en régularité). Un seul regret : les quads n’étaient pas de la fête cette année.

Puis viennent, enfin, les premiers départs. Les rugissements fendent l’air. Des feulements, des grondements telluriques. Si jubilatoires que des frissons me parcourent le dos.

C’est partiiii !

La lumière n’est pas (encore) top pour les photos ; le photographe rumine mais, qu’importe !, l’amateur en moi se régale. Les montées successives s’enchaînent et régalent le public qui jubile. Je reconnais des copains. Je reconnais leurs machines. Les trajectoires se tendent. Ça enchaine, ça enquille. Les pilotes se détendent. Les courbes sont avalées dans un tonnerre mécanique. Et les chronos descendent. C'est la baston, à coups de dixièmes, voire de centièmes. C'est féroce, c'est intense.

Une première dans ces valses à 2 et 4 temps: la participation d’une Harley électrique sur une course de côte, histoire de montrer la nature éclectique de la chose. Et déjà, elle chamboule mes repères. Déjà, je ne l’entends pas arriver. Et en plus elle passe ensuite comme une fusée. Muette. Dans un silence assourdissant, elle passe dans ce petit sifflement.

Mille souvenirs dans la tête, milles clichés dans la carte mémoire. Et, parmi les milliers d’images, j’en retiendrai particulièrement deux : les montées et l’émotion d’Alain Petter lors de la remise des prix et le moustique infernal (un Kreidler Van Veen 49.9cc qui ouiiiiine à mort) de André Peillonnex.

Sans oublier la montée des enfants. Ils sont appliqués. Leurs gestes sont déjà précis, et leur regard déjà affûté, et l’envie de bien faire aussi. Et avec cette infinie étincelle et toutes ces étoiles dans les yeux. Un vrai bonheur.

Cette 64ème édition aura une saveur particulière dans mes souvenirs. Définitivement. Déjà parce Verbois a eu le mérite d’avoir tenu debout dans la tourmente. Contre vents et marée, et nonobstant la seconde vague annoncée. Avec des concessions faites sur les mesures sanitaires et le nombre de spectateurs (1000 au maximum sur l’ensemble du circ… euh parcours).

Un samedi au goût intense, mais au goût de trop peu. Une seule journée, savoureuse et riche d’émotions. Et remplie de sensations uniques à cette course. Et qui clôt avec panache une saison bizarre, étriquée au niveau des courses de côtes.

 « Messieurs et Mesdames les Pilotes, je voudrais vous envoyer un grand merci pour ces beaux moments de bravoure et de virtuosité mécaniques »

Telles furent mes dernières pensées en regagnant mon véhicule au milieu des vignes, tandis que la nuit tombante, et bientôt l’hiver naissant, s’empare de moi.

Un grand merci aux riverains, aux élus, à l’organisation, aux bénévoles (les commissaires et tous les autres), aux exposants d’avoir rendu ce 64ème Verbois possible.

Et aux pilotes.

Vous faites Verbois, vous êtes Verbois.

-------

CLASSEMENT SCRATCH

1 LEU Bryan (219) YAMAHA R1                              44.67

2 PIDOUX Sébastien (73) YAMAHA YZF 450         45.40

3 BALLY Bernard (160) HONDA CBR 1000            45.50

4 MONAYA Gregory (222) APRILIA RSV4              46.14

5 PETTER Benoit (90) TRIUMPH Daytona R          46.57

6 GANTNER Hervé (440) KTM 890 Duke R            46.60

7 GILARDI Marc (93) KAWASAKI ZX6R                  46.62

8 FENGER David (189) HONDA CBR 1000 RR      47.59

9 VAN RUMSTE Cyril (177) YAMAHA R1                47.98

10 BONFILS Luc (147) APRILIA TUONO V4           48.34

Les résultats complets sont à retrouver sur le site du Norton Sport-Club Genève.

Les clichés des photographes d’AcidMoto sont disponibles dans notre galerie

Foux Foux
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Kawasaki se projette vers l'avenir avec de courtes vidéos
En marge de la présentation de ses nouveautés, la marque partagé trois vidéos suggérant des développements à venir.
Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !