Essai publié le 21 février 2021

Essai Aprilia Tuono 660 - Avec elle, le constructeur de Noale va se distinguer

Texte de Patrick / Photo(s) de Patrick et Pepito.jpg

L'annonce du moteur 660 chez Aprilia était clairement une bonne nouvelle. Ce vent de nouveauté, la marque de Noale en avait bien besoin.

La cadence de sortie des nouveautés Aprilia nous a beaucoup surpris cette saison ! À  peine quelques mois après la sportive RS 660, on voit déjà débarquer le roadster chez les concessionnaires. Celui-ci est arrivé tellement vite que notre partenaire 100% 2 roues à Genève nous a proposé de la prendre en test en avant-première et ainsi proposer rapidement un essai de cette Tuono 660.

Depuis des années, seuls les V4 performent et sont mis en avant chez Aprilia. Le reste de la gamme vivait sans vraiment se faire remarquer. Avec cette motorisation compatible A2 et à des prix très ajustés, le constructeur de Noale se donne enfin les moyens de son ambition: faire de gros volumes dans les moyennes cylindrées. Le best seller du segment, la Yamaha MT-07, boxe dans cette même catégorie avec son bicylindre en ligne de 690 cm3.

Ici on est également en présence d'un bicylindre, également en ligne, mais d'une cylindrée de 659 cm3. La rumeur raconte que c'est un V4 qui a été débarrassé des deux cylindres arrières. Difficile d'aller confirmer l'information sans analyser les dessins de la construction plus en détails. La puissance maximale est de 95 ch. pour permettre le bridage 35kW sans faire de version supplémentaire (sur la sportive RS 660, ce n'est pas le cas).

Un des propres du look d'une Tuono, c'est la fourche prise dans les carénages derrière un bloc optique fixe. La Street Triple est aussi un exemple de ce montage de phare qui ne tourne pas avec le guidon. Le reste de la production des roadsters s'en tient à quelque chose de plus conventionnel. Avec ses feux à LED, la Tuono a une vraie gueule. On peut en plus commuter entre feux de croisement et seulement la signature lumineuse. Quand la luminosité est faible, mais ne justifie pas les feux de croisement, l'effet est saisissant.

Les carénages latéraux sont particulièrement soignés, avec les canaux d'air semblables à ceux des sportives. En plus sur ce coloris Concept Black, ce sont des parties peintes en rouge candy brillant d'un très bel effet. Les jantes sont elles aussi rouge, point d'asymétrie entre l'avant et l'arrière. La selle avant est également rouge, clin d'oeil à une livrée historique de la marque.

Du point de vue de l'équipement, la moto (tarifée à moins de CHF 12'000.-) n'a pas à rougir ! On peut lister un ABS sur l'angle, un régulateur de vitesse, des feux entièrement à LED, un maître-cylindre radial Brembo pour des disques de 320mm et des étriers 4 pistons, un tableau de bord avec écran TFT, une fourche et un amortisseur réglables (mais pas en rebond). Seul le shifter bidirectionnel AQS est à ajouter en option.

Je suis même surpris par la monte d'origine de la Tuono : des Pirelli Diablo Rosso Corsa 2 ! Plus sportifs que la gamme Rosso (3 et maintenant 4), avec ces pneus Aprilia annonce la couleur. J'avais beaucoup aimé découvrir ces gommes en 2018, je reçois la moto avec tout juste 1.4 km au compteur mais je ne m'inquiète pas pour les pneus neufs.

Le châssis double poutre en aluminium diffère entre la sportive et le roadster. Sur la sportive il est plus ouvert (angle de chasse de 24.3°) pour privilégier la stabilité. Sur le roadster, la fourche est plus verticale (23.9°) pour réagir plus vite aux mouvements commandés au guidon donc être plus agile. De ce fait, la fourche inversée Kayaba ø41 mm, réglable en compression et en détente, a une course réduite à 110 mm sur le roadster (contre 120 mm sur la RS 660) et compense la répartition avant/arrière.

Assez décrit la moto, parlons brièvement du package électronique de la Tuono: c'est l'armada APRC au complet qu'on retrouve au tableau de bord. Tout est lié aux modes de conduite qu'Aprilia a intelligemment nommés. Plutôt que des noms largement vu chez les concurrents, ils s'appellent ici : Commute, Dynamic, Individual, Challenge et Time Attack. Les deux derniers sont liés au mode Race à activer uniquement à l'arrêt. Les 3 modes restants peuvent se changer à la volée, d'une pression sur le bouton en bas du commodo droit.

D'une pression longue sur ce même bouton, on règle le mode Individual à sa guise : cartographie moteur (AEM), frein moteur (AEB), contrôle de traction (ATC) sur 8 niveaux, anti-wheeling on/off et enfin ABS entre 1 et 3 ; où 3 est très intrusif et 1 laisse la roue arrière se bloquer.

Dès le ralenti, le moteur produit une sonorité agréable. Même si l'échappement se cache timidement sous la moto, il fait selon moi plus de bruit que de nombreuses motos modernes. Les italiens arrivent toujours à faire passer des trucs improbables. Quand on ouvre en grand, un premier changement se fait sentir peu avant 5'000 tours. La moto reprend plus vigoureusement et le son change un peu. Ensuite le moteur s'enrage et c'est vers 7'000 tr/min que vient une résonnance rageuse. J'ai presque envie de dire qu'on reconnait le bruit du V4.

Au départ, je trouvais le levier d'embrayage plutôt éloigné du guidon. Avec mes mains relativement grandes, je dois la déployer complètement pour saisir le levier. Au terme de cet essai, je dirais qu'il est exagérément loin et mériterait un écartement réglable comme le frein. En même temps, le sélecteur et la pédale de frein sont réglables grâce à un excentrique, donc le levier d'embrayage est la seule pièce non réglable.

Le comportement routier fait partie des meilleurs que j'ai eu à expérimenter sur route. Elle se déplace comme une ballerine grâce à ses 183 kg en ordre de marche. Son châssis en aluminium où le moteur relie le berceau et le bras oscillant confère la bonne rigidité à l'ensemble. Il ne faut que très peu d'effort au guidon pour faire changer de direction à la Tuono 660. On la met en effet sur l'angle en toute simplicité.

La moto n'ayant qu'un kilomètre au compteur lors de la prise en main, difficile d'aller chercher la limite pour vous en parler. Mais les sensations de contrôle et de précision que procure la Tuono 660 sur tracé sinueux sont très agréables. Je reprendrais bien cette moto dans quelques temps pour faire des cols ou une petite session de circuit.

Le setting de suspension correspond bien à la moto, typé sport et assez adapté à mon usage solo. A la prise des freins, la fourche plonge progressivement tout en offrant un bon feeling sur la roue avant. Sur route bosselée, on est un peu malmené, mais sur des bosses plus importantes l'amortissement est bon. Le confort de la moto est aussi convenable, la selle est rembourrée ce qu'il faut avec un dessin dépourvu de point de pression. Même après 4h de roulage je n'avais pas de souffrance à abréger.

Pour une utilisation quotidienne, elle est adaptée, notamment grâce au régulateur de vitesse, le mode Commute qui ne pousse pas à l'excès, une position confortable et le buste droit pour voir ce qui se passe devant ; elle s'en sort donc avec mention. La consommation mesurée s'élève à 5.7 l/100km, significativement plus que ce que dit la fiche technique (4.90) mais ce n'est pas non plus alarmant. J'ai aussi beaucoup joué avec la moto, seulement de A à B on doit pouvoir faire mieux.

Au final, je suis impressionné par la prestation servie par Aprilia avec cette Tuono 660. Le produit vise selon moi dans le 1000 pour le segment des roadster mid size. En effet certains seront dubitatifs des 95 ch. pour 660 cm3, mais les concurrentes japonaises au tarif bien plus avantageux alignent 20 ch. de moins. L'Aprilia fait surtout la différence avec son équipement.

Si on accepte de vivre avec moins de puissance qu'une KTM 890 Duke, on est alors en présence d'une suspension réglable et de freins Brembo, d'un mode race de série, d'excellents pneus Corsa II et d'un châssis en aluminium d'une grande rigueur. En plus d'un look plus soigné. La Triumph Trident 660 est aussi à envsager, avec son 3 cylindres, de bons périphériques et un tarif très agressif pour une marque européenne.

La Tuono 660 a quelques défauts, mais la prestation est à la hauteur du prix. Avec la sportive RS 660, elle a surtout le mérite de donner de la profondeur à la gamme Aprilia et elle le fait d'une très belle manière. Si vous l'essayez, c'est probablement son bruit envoûtant qui vous fera vous poser des questions. Une des questions à vous poser sera: ai-je besoin du sensationnel coup de pied au cul d'une 1100 ou dois-je être raisonnable et choisir un roadster compact et agile ? Pour le permis A limité, une seule réponse est possible.

Jusqu'au 28 février, vous pouvez profiter de 20% de rabais sur la nouvelle Aprilia Tuono 660 grâce aux bons d'achats Genève Avenue à faire valoir chez notre partenaire 100% 2 roues à Genève. Toutes les informations sont sur le site du revendeur.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Le bruit qui flatte le pilote
+
L'excellent rapport prix/prestations
+
Le look, qui n'a rien à envier à la V4
On a moins aimé :
-
La béquille qui fait négligé
-
Le levier d'embrayage assez éloigné
-
Le symbol vert qui clignote pour le régulateur, changez-le en orange svp.
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le bruit qui flatte le pilote
+
L'excellent rapport prix/prestations
+
Le look, qui n'a rien à envier à la V4
On a moins aimé :
-
La béquille qui fait négligé
-
Le levier d'embrayage assez éloigné
-
Le symbol vert qui clignote pour le régulateur, changez-le en orange svp.

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
Tuono 660
Année :
2021
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
bicylindre en ligne "forward-racing", 4 temps, DOHC, distribution par chaine, 4 valves par cylindre
Cylindrée :
659 cm3
Refroidissement :
liquide
Performances
Puissance max. :
95 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
67 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 rapports, Aprilia Quick Shift (AQS) bidirectionnel en option
Embrayage :
multidisques à bain d'huile, anti-dribble
Partie cycle
Châssis :
Cadre en aluminium double poutre avec boucle arrière démontable
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba ø41mm, réglable en rebond et compression
Course AV :
110 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en rebond et compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant ø 320 mm, étriers monoblocs Brembo à 4 pistons et fixation radiale, ABS sur l'angle
Frein AR :
Simple disque ø220mm avec étrier Brembo 2 pistons
Dimensions
Longueur :
1'995 mm
Empattement :
1'370 mm
Largeur :
805 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
169 kg
Poids total :
183 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Concept Black
 
Iridium Grey
 
Acid Gold
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.