Essai publié le 26 novembre 2013

Kawasaki Z1000 2014 - Le plein de sensations !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Kawasaki EU

Depuis l’avènement de la Z800 2013, Kawasaki a lancé une nouvelle philosophie dans la réalisation de ses roadsters sportifs : Sugomi. Pour 2014, Kawasaki revient en force avec sa nouvelle Z1000, le fer de lance des roadsters de la marque. Plus que jamais, la philosophie Sugomi est exacerbée. Cette nouvelle Z s’apparente aisément à un animal sauvage redoutable provoquant à la fois un sentiment de crainte et d’admiration.

Dès sa présentation officielle au salon de Milan, en novembre dernier, son design a fait couler beaucoup d’encre, tant il se démarque des tendances de la concurrence et même de la production moto toute entière. Un design osé. Un design intriguant comme intimidant. Un design évocateur de performances jusqu’à ce jour jamais atteintes.

Les lignes se sont épurées et fluidifiées. Plus encore, la posture s’est orientée vers l’avant pour accentuer l’allure athlétique de la machine. Les carénages effleurent le moteur. Le réservoir d’essence confirme la ligne. La tête de fourche se contente d’un simple bloc de phares aérodynamique à quatre LED (deux de croisement et deux longue portée). Le résultat est sans appel. On se trouve face à une bête féroce prête à bondir. La Z1000 joue la carte émotionnelle... Que vous aimiez ou non cette nouvelle orientation stylistique, vous resterez sans voix et impuissant face à l’aura dégagé par la Z1000.

De l’aspect technique, les changements sont mineurs. On note toutefois une série d’améliorations bienvenues : une fourche Showa à fonctions dissociées et gros pistons reprise à la ZX-6R 636 pour des réglages plus précis et une meilleure réponse de la partie-cycle, un angle de chasse réduit pour plus de maniabilité, des jantes plus légères d‘environ 1.5kg, une nouvelle admission d’air accentuant le ronflement du moteur à tous les régimes, un système d’échappement revu au niveau du collecteur pour un gain de couple, un frein avant Tokico à étriers monobloc à montage radial (et maître-cylindre radial) pour plus de mordant et un meilleur feeling et une réponse plus précise du moteur à la poignée de gaz.

Sur papier, on ne s’attend pas (légitimement !) à une révolution. Cependant, le chef de projet en charge de la bête promet beaucoup de cette mouture 2014 de la Z1000 ! Allons donc vérifier !

Pour la présentation de son nouveau roadster, Kawasaki a convié la presse en Andalousie. Les automnes y sont doux. Les routes y sont tortueuses et de bonne qualité. Les conditions y sont idéales pour tester un moto destinée à offrir plaisir et sensations sur route ouverte.

Les Z1000 sont alignées dans la cour de l’hôtel. Le gris lunaire métallisé des éléments de carénage fait ressortir avec finesse le vert Kawasaki. Toutes nous scrutent de leurs yeux lenticulaires derrière lesquels se cache une puissante LED.  La Z1000 a de la gueule, c’est le moins que l’on puisse dire ! L’esthétique est discutable, certes, mais dans tous les cas, il en impose.

Let’s ride !

En selle ! Me voilà prêt à dompter cette bête féroce. A prime abord, je remarque que la selle est plus basse (815mm) que celle de l’ancien modèle ; et pourtant, j’aurais cru, visuellement, qu’elle avait pris de la hauteur, tant l’avant est plongeant et l’arrière fuyant en pointe. Mes pieds touchent le sol de toute leur longueur, et pourtant, avec mon mètre septante-deux, je ne fais pas partie des plus grands. Je suis étonnamment bien incliné sur le guidon. Je profite de relever la qualité de finition de ce dernier. De gros diamètre et en alu brossé recouvert d’alumite noire, il est du plus bel effet. Quant à l’ensemble compteur et ordinateur de bord, il est futuriste avec son écran digital diffusant une foule d’informations (trips, consommations moyenne et instantanée, indicateur de conduite économique, ...) et sa bande électroluminescente affichant les tours-moteur au-delà de 4’000tr/min (au-dessous, c’est l’écran digital qui s’en charge). Je ne regretterai que le fait qu’il soit placé trop bas pour être vu en un coup d’oeil.

Les cotes saillantes du réservoir contribuent efficacement à la ligne agressive de la moto. Bien que la selle soit étroite, elle présente une épaisseur nécessaire pour assurer un bon confort. J’apprécie particulièrement la position qu’impose la Z1000. Les jambes enserrant le réservoir et repliées sur les cale-pieds empruntés à la supersportive ZX-10R, le séant calé sur la selle, les mains posées sur le guidon vous conférant une allure de lutteur, ... il n’y a plus qu’à mettre le contact et démarrer le 1’043cc fort de 142cv. Je veux savoir ce qu’elle a dans le ventre, la tentation est irrésistible !

Un tour de clé et l’ordinateur de bord s’affole en s’illuminant de toute part. Un coup de démarreur et le quatre-cylindres se met à ronronner dans une ambiance envoûtante. Le travail des ingénieurs Kawasaki effectué sur la boîte à air est flagrant. La Z1000 affiche de suite la couleur ! L’esprit Sugomi fait son effet. Me voilà ensorcelé par les forces de la nature. Call of the Wild, disait le slogan de présentation de la Z1000...

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Maniabilité
+
Caractère-moteur
+
Freinage
+
Look inimitable
+
Moteur-plaisir par excellence
+
Prix
On a moins aimé :
-
Poids
-
Look trop extrême pour plaire universellement

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z1000
Année :
2014
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne à refroidissement liquide
Cylindrée :
1043 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection : ø38 mm x 4 (Keihin) les papillons secondaires ovales
Performances
Puissance max. :
142 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
111 Nm à 7'300 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints étanches
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande manuelle
Partie cycle
Châssis :
Double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de Φ41 mm réglable totalement en compression, détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur à gaz horizontal de type Back-Link, réglable totalement en détente et précharge
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
190/50ZR17M/C (73W)
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Deux disques en pétales semi-flottants de 310 mm, étriers monoblocs à montage radial à 4 pistons opposés
Frein AR :
Simple disque en pétales de 250 mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'045 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
1'055 mm
Hauteur de selle :
815 mm
Poids total :
220 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Golden Blazed Green (Vert) / Metallic Graphite Gray (Gris)
 
Candy Burnt Orange (Orange) / Mettalic Spark Black (Noir)
 
Flat Ebony (Noir) / Metallic Spark Black (Noir)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
CHF 15'090.- pour la version SE (vert/gris)
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Bilan après 4'400 km en Aprilia Tuareg
4'400 km dont 2'000 km de tout-terrain par des températures allant de 6°C à 34°C, avec de la pluie, de la boue, des étapes de plus de 12 heures à son guidon dont une étape autoroutière marathon de 1’000 km, c’est ce qu’on a infligé à la nouvelle Aprilia Tuareg 660 durant les 9 jours de ce test extrême. Le tout en traversant 8 pays.
11ème édition de la Rétro Moto Internationale de St-Cergue ce samedi – L’appel du 18 juin
La 11ème édition de la Rétro Moto Internationale (RMI) de St-Cergue aura lieu ce samedi 18 juin 2022. Venez nombreux!
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France) - Nous serons dans la course !
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy (SMLT) 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France).AcidMoto.ch sera dans la course.
Le groupe Fachinetti Motos ouvre à Neuchâtel : BMW Motorrad, KTM et Triumph !
Dans la région des Trois Lacs, trois constructeurs attendaient un nouveau représentant. On sait désormais qu'il s'agit du groupe Facchinetti qui étend son réseau moto au-delà du bord du Léman.
2'000km en duo avec la Triumph Tiger 1200 Rally Pro
En mars dernier, Patrick vous a présenté la nouvelle Triumph Tiger 1200 déclinée en 5 versions. Affichant jusqu’à 25 kg de moins sur la balance que sa devancière, une silhouette affinée héritée de sa petite sœur la 900, cette nouvelle itération est plus que jamais armée pour laisser des traces de pneus sur les plates-bandes de la sacro-sainte GS !
Triumph Suisse cherche sa Speed Queen !
Dans un concours de customisation qui voit s'affronter 8 concessionnaires Triumph de notre beau pays, chacun a apporté sa touche à une Speed Twin.

Hot news !

Essai Ducati Multistrada V4S Full - Un 4 cylindres addictif mais qui se mérite
C’était la nouveauté de l’année 2021 pour Ducati : une Multistrada propulsée par un moteur baptisé Granturismo. Le côté extraordinaire de ce moteur, c’est qu’il a 4 cylindres en V. Plus petit et plus léger, plus puissant en même temps. Difficile de dire non !
Essai Yamaha R7 - Attachante et efficace
Pour entrer dans le monde de la moto, nombreux sont ceux qui cèdent aux sirènes de la sportive. Reste qu’à 16 ans c'est 125cm3 et à 18 ans, 35kW, pas plus. Débarque sur le marché une nouvelle R7, qui veut bousculer la concurrence.
Yamaha Ténéré 900 – Une grande sœur pour la T7
Yamaha entend combler le vide laissé dans sa gamme par la Super Ténéré. Bientôt une Ténéré 900 ? Il semble bien que oui.
Triumph Street Triple RS-(RR ?) 2023 - Dorée à l'Öhlins
La Triumph Street Triple RS ne souffre d’aucun défaut et représente même le summum de sa catégorie. Mais voilà, pour les ingénieurs d’Hincley, apparemment, ça ne suffisait pas.
Présentation de la gamme Yamaha 2022 à l’anneau du Rhin
AcidMoto a été invité à l’anneau du Rhin par l’équipe Hostettler pour la présentation de la nouvelle gamme moto Yamaha. C’était durant cette fameuse journée où les nuages nous lâchaient une pluie teintée de sable du Sahara, donc un défi durant les essais.
Essai vidéo - Triumph Tiger 1200 GT et Rally Pro
À l'occasion de l'essai de la Triumph Tiger 1200 modèle 2022, nous avons roulé une journée sur la route et une journée en tout-terrain.