Essai publié le 23 octobre 2014

Les MV Agusta Brutale 800 RR et Dragster 800 RR font le show en Toscane, le temps d'un essai

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de MV Agusta

MV Agusta nous a fait l’honneur de nous convier en Toscane pour le test de ses deux nouveautés 2015, les Brutale 800 RR et Dragster 800 RR. Deux bijoux pour grands enfants !

Ces deux motos, nous les connaissions déjà puisque nous avions fait l’essai en février dernier sur le circuit du Castellet et sur les routes de campagne du Sud de la France (notre article). Enfin, pas tout à fait, car MV Agusta n’a pas trouvé mieux que de les décliner dans la fameuse version RR, le sport suprême de la production MV. Au menu des nouveautés, la firme de Varese n’y est pas allée avec le dos de la cuillère.

Premièrement, pour justifier ce double R, il fallait augmenter les valeurs de puissance et de couple du "tre pistoni". Après le travail des ingénieurs motoristes, on découvre sur le papier 15cv et 5Nm supplémentaires pour atteindre 140cv et 86Nm. En regard de la cylindrée, le rendement n’est de loin pas ridicule ! D’ailleurs, pour rappel, la supersportive F3 800 affiche juste 8cv de plus...

Côté partie-cycle, MV Agusta équipe ses beaux roadsters d’une toute nouvelle fourche Marzocchi entièrement en aluminium, et comme sur les versions "normales", complètement réglable. Du beau matos !

Du point de vue de l’électronique embarquée, les Brutale et Dragster satisferont les geeks. En plus des trois configurations de conduite de base proposées par défaut (Normal, Rain et Sport), il est possible de personnaliser jusque dans les moindres détails les paramètres de conduite (le niveau de contrôle de traction, le régime maximal, la sensibilité de la réponse à l’accélérateur, le frein-moteur, le couple, l’action de l’ABS). On pourrait passer des heures à affiner les réglages en fonction des conditions. Durant notre essai, nous nous sommes contentés du mode sport, le plus en phase avec la vocation des machines.
Mais encore, pour ces versions RR, MV Agusta adopte le nouvel ABS Bosch 9 Plus, plus réactif encore grâce à son capteur supplémentaire ; ceci au passage, il a la fonction anti-stoppie. Puis, pour des rétrogradages un peu virils, les Brutale et Dragster bénéficient d’un embrayage anti-dribble.
Et finalement, la cerise sur le gâteau se trouve au bout du pied gauche. Pour des passages de rapport aussi rapides que l’éclair, on peut désormais compter sur un quickshifter de dernière génération (EAS 2.0) capable de monter ET descendre les rapports.

Un poids plume annoncé à 168kg, 140 "cavalli" à la roue arrière assistés par un contrôle de traction, une partie-cycle affûtée, un ABS qui veille au grain à chaque effleurage des commandes de frein, ... à lire ces quelques caractéristiques, les dernières-nées de la firme de Varese semblent être de redoutables machines !

Mais lorsque l’on parle d’Italiennes, nous ne pouvons nous arrêter sur les chiffres et les descriptifs, parfois barbants. S’il y a bien un sujet à aborder, c’est celui du design. En Suisse, on a le SwissMade ; en Italie, c’est le "designed in Italy". La Brutale et la Dragster partagent la même base, seul l’arrière change radicalement sur la Dragster. Quand la Brutale se veut longue, fine et dynamique, la Dragster, elle, se la joue "bodybuilder" avec son arrière court qui projette visuellement les masses vers l’avant. En plus, les rétroviseurs sont montés en bout de guidon (bracelets en l’occurrence), ce qui accentue encore cette effet de largeur à l’avant. Et pour sa version RR, MV Agusta dote sa belle Dragster de jantes à rayons. L’alu fraisé et anodisé rouge pour le moyeu contrastant avec la large jante noire ou blanche selon le combo de couleurs choisi, le coup de coeur est assuré ! Quant à la Brutale, elle se contente de jantes noires brillantes au dessin elliptique. Et si l’on détaille, on se surprend même (en bien!) en voyant les tubes de fourche noirs encerclés par les fourreaux dorés ou rouges.

La seule fausse note est décernée au support de plaque de la Dragster. Il a aussi la fonction de garde-boue, ce qui lui donne une taille importante. Il aurait mieux valu intégrer les clignotants aux abords du feu arrière et loger un support de plaque minimaliste sous la selle...

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Noblesse
+
Performances
+
Moteur
+
Electronique embarquée
On a moins aimé :
-
Freinage
-
Surcoût pour la version Dragster RR (+ CHF 3'400.-)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
MV Agusta
Modèle :
Brutale & Dragster RR
Année :
2015
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
798 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection MVICS (Motor & Vehicle Integrated Control System)
Performances
Puissance max. :
140 ch à 13'100 tr/min
Couple max. :
86 Nm à 10'100 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
ALS Steel tubular treillis
Suspension AV :
Fourche Marzocchi “Upside Down” entièrement réglable
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Progressive avec mono amortisseur Sachs entièrement réglable. Monobras oscillant en aluminium
Débattement AR :
125 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180-200/55-50 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant ø320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø220mm avec étrier Brembo 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'060 mm
Empattement :
1380 mm
Largeur :
825 mm
Hauteur de selle :
811 mm
Poids à sec :
168 kg
Réservoir :
16.6 litres
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?
KTM 1290 Super Duke GT, léger facelift pour la voyageuse
La voyageuse grand tourisme de KTM a entièrement été renouvelée en 2018, 2021 est l'occasion d'y ajouter quelques fonctions et changer son look.
EICMA 2021 - Toujours plus vite, la nouvelle Ducati Panigale V4 2022
Depuis son arrivée en 2018, la Panigale V4 fait se tourner les têtes et tous les deux ans Ducati se penche à nouveau dessus pour la rendre plus efficace.

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.