Essai publié le 04 mars 2015

Essai de la Ducati Multistrada 1200 S 2015 - Du sport, toujours du sport, et encore plus de confort !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Ducati

Ducati a le vent en poupe et attaque tous les fronts avec ses nouveaux modèles. Ces derniers mois, nous avons vu la Monster 1200, la Scrambler, la Panigale 1299. Trois modèles pour trois marchés différents, des roadsters aux supersportives en passant par les néo-rétros. A prime abord, on pourrait croire que les goûts des "ducatisti" sont satisfaits, et pourtant il y a la catégorie des maxi-trails occupés par la Multistrada 1200. Bien que cette dernière soit déjà équipée d’une armada technologique de pointe, Ducati enfonce le clou et brigue la première place des maxi-trails.

Quand beaucoup s’attendaient à l’avènement d’une Multistrada de taille réduite motorisée par le bicylindre Testastretta 821cc, Ducati a surpris ses observateurs en présentant une nouvelle Multistrada, toujours habitée par le fameux bicylindre Desmodromique 1198cc.

Pour ce millésime 2015, les nouveautés semblent avant tout esthétiques. Mais pas seulement, il faut se pencher sur la fiche technique pour découvrir (tout) le meilleur ! Ducati ne s’est de loin pas contenté d’un facelift et d’une simple mise à jour de sa Multistrada.

Pour découvrir sa Multistrada 2015, Ducati nous a conviés à Lanzarote, île volcanique espagnole située dans l’Atlantique, au large du Maroc. En ce début du mois de mars, la météo est idéale pour mener à bien notre essai. On profite de 22°C aux abords de la côte et, ensuite, on perd 1°C par 100 mètres d’altitude. Et comme l’île est truffée de volcans, les variations d’altitude sont importantes d’une région à l’autre. Ça monte et ça descend, mais surtout, les routes sont viroleuses et ce n’est pas pour nous déplaire !

Du grand art, à l’italienne

Deux Multistrada, une blanche et une rouge, trônent fièrement dans la cour d’entrée de l’hôtel. Plus agressive et plus massive que la précédente génération, deuxième du nom, la Multistrada 2015 affiche ses prétentions au premier coup d’oeil. Les aficionados de la marque peuvent toujours crier au scandale, à l’instar des Porschistes lors de la commercialisation du Cayenne ; toujours est-il que la Multistrada, SUV à deux roues de Ducati, est une vraie réussite stylistique. Une Italienne reste une Italienne, de même que le design transalpin n’a pas d’égal.

Le demi-carénage saillant concentre visuellement les masses vers l’avant, pour une agressivité affirmée évocatrice de performances pures. Les jantes à trois bâtons en Y noires brillantes allègent la partie-cycle autant qu’elles contribuent à la sportivité perçue de la moto. Le bec de canard, lui-même surmonté de rangées de LED, incorpore deux entrées d’air béantes venant gaver d’air frais le moteur. Les protège-mains intègrent les clignotants, pour libérer le carénage d’exubérances disgracieuses. Le bicylindre est mis en évidence sans honte, de la même manière que le monobras oscillant en aluminium de couleur bronze. Ce même monobras relève la présence du double échappement latéral, à peine caché derrière le repose-pied passager. Le réservoir d’essence se fond dans la ligne générale de la moto à tel point que l’on peine à croire qu’il peut contenir jusqu’à 20 litres.

La deuxième génération de Multistrada faisait figure de référence en la matière, la troisième confirme sa position ! Du grand art, à l’Italienne !

Un concentré de haute technologie

A peine qu’on s’attarde sur la fiche technique qu’on découvre une foule d’abréviations, chacune étant relative à une technologie spécifique servant à la sécurité et/ou aux performances.

Aux performances, oui, sans aucun doute ! En effet, le bouilleur qui anime la Multistrada n’est autre que le bicylindre Testastretta issu de la superbike 1198. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 160cv à 9’500tr/min et 136Nm à 7’500tr/min. Puissance et souplesse sont atteintes grâce à la distribution desmodromique variable (Desmodromic Variable Timing - DVT). Le DVT fait varier continuellement les cames d’admission et d’échappement, indépendamment l’une de l’autre. De ce fait, on obtient un moteur hyper souple jusque dans les mi-régimes et très puissant à l’approche de la zone rouge. En marge des performances pures ressenties à la poignée de droite, le bicylindre abaisse sa consommation d’essence de 8% et requiert des intervalles de service (vidange d’huile) de 15’000km ou chaque année, avec un réglage du jeu aux soupapes tous les 30’000km.

Les technologies et autres systèmes embarqués par la Multistrada sont nombreux. Chaque mouvement des bielles est surveillé par l’ECU (unité centrale électronique). Bardée d’électronique de pointe, l’ECU de la Multistrada dispose de l’antipatinage (DTC), de différents modes de conduite (cartographie touring, urban, sport et enduro), de la suspension active à réglage électronique Skyhook (DSS), d’un anti-wheelie empruntée à la 1199 Superleggera (DWC), d’un ABS de courbe (DVC) et du révolutionnaire système D-Air (airbag Dainese sous forme de gilet ou intégré à une veste, contrôlé par l’ECU de la moto). Du côté du confort de roulage, la Multistrada propose un phare avant directionnel (feux de route et de croisement) entièrement à LED, des commodos rétro-éclairés, d’une unité multimédia intégrant le tableau de bord LCD en couleurs avec fonction Bluetooth (connexion d’oreillette et/ou smartphone pour la téléphonie et l’audio) et d’un système keyless permettant le démarrage sans clé.

A l’heure actuelle, Ducati fait figure de pionnier en proposant d’origine (modèle 1200S) un paquet technologique aussi richement garni.

Pour préciser les différences entre les modèles Multistrada 1200 et Multistrada 1200S, cette dernière emporte d’origine, en plus de l’équipement du modèle de base, l’unité multimédia, le phare directionnel à LED, la suspension active Skyhook et le freinage avant Brembo (disques de 330mm contre 320 et étriers M50). En outre, Ducati propose pour les deux modèles des paquets d’options avantageux pour à peine plus de CHF 1’400.- chacun et cumulable les uns les autres : Sport (garde-boue avant en carbone, silencieux Termignoni, réservoirs de liquide de frein et d’embrayage en aluminium anodisé), Touring (valises latérales d’une contenance totale de 58 litres, poignées chauffantes et béquille centrale), Enduro (feux additionnels à LED, pare-moteur, grille de protection du radiateur, élargisseur de platine de béquille, repose-pieds plus large, sabot moteur en aluminium) et Urban à moins de CHF 900.- (top-box de 48 litres, sacoche de réservoir semi-rigide avec prise USB). Evidemment, la liste des accessoires ne s’arrêtent pas là ; vous découvrirez le catalogue complet dans l’interface du configurateur, sur le site Ducati.ch.

En outre, pour le marché européen uniquement, la Multistrada S est disponible dans une ultime version, la D-Air. Celle-ci est équipée de plusieurs accéléromètres ayant pour fonction de déclencher, au besoin, l’airbag de la veste ou du gilet que porte le pilote. Ce système exclusif a développé en collaboration avec l’équipementier Dainese.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère explosif du moteur
+
Suspension active Skyhook (DSS)
+
Confort général
+
Facilité d'utilisation de l'ordinateur de bord
+
Performances et efficacité
On a moins aimé :
-
Faux points morts entre les 4e et 5e rapports
-
Prix élitiste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Multistrada 1200 S
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en L, 4 soupapes par cylindre, Dual Spark
Cylindrée :
1'198 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, corps papillon elliptiques
Performances
Puissance max. :
160 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
136 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Sachs de 48 mm entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente grâce au système de Suspension Ducati Skyhook (DSS)
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Sachs entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente. Pré charge du ressort ajustable grâce au DSS. Mono-bras oscillant en aluminium
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
120/70 II 17
Pneu AR :
190/55 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques semi-flottant de 330 mm, étriers Brembo monobloc Evo M50 à fixation radiale, 4 pistons
Frein AR :
Disque de 265 mm, étrier flottant à 2 pistons avec ABS de courbe en série
Dimensions
Longueur :
2'200 mm
Empattement :
1'529 mm
Hauteur de selle :
825-845 mm
Poids à sec :
212 kg
Poids total :
235 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge Ducati
 
Iceberg White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'890.-
Euro Bonus inclus / CHF 20'090.- (coloris Iceberg White)
En ligne :

Plus d'articles Moto

Swank Rally di Sardegna : une 3ème édition qui bat tous les records!
Avec 160 participants, soit le double de l’édition précédente, une météo presque estivale, une organisation rodée et quatre étapes aussi belles que variées, cette 3ème édition du Swank Rally est une réussite sur tous les points. Il ne fait aucun doute que le Swank est en train de devenir l’un des rendez-vous incontournables de tous les amateurs de la discipline.
BMW K 1600 GS Mammoth – Le retour du mammouth
Le retour du mammouth est à l’ordre du jour, tant sur le volet du règne animal que dans notre monde du deux-roues. Celui dont on va traiter on le doit à Nico Bakker.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Schallenberg Classic 2021 - Un weekend d’immersion (partie 1/2)
J'arrive au Schallenberg Classic un vendredi en fin de journée et yes, j'ai eu le tracé pour moi tout seul !
Aprilia Tuareg 660 - Place à la vidéo
Alors qu’elle sera officiellement présentée dans quelques semaines lors du salon EICMA de Milan, l’Aprilia Tuareg 660 se dévoile chaque jour un peu plus notamment au moyen de la dernière vidéo publiée par le constructeur de Noale.

Hot news !

Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.